fr en
Interview | Agathe Pitié, Médiévale Punk

Interview | Agathe Pitié, Médiévale Punk

Notre Dame de la Fresque

Artiste française hors-normes, les gigantesques fresques d’Agathe Pitié sont de véritables petits chefs d’oeuvres, couverts de détails, toutes crées à la main. Un travail de titan pour lequel Agathe puise son inspiration aussi bien dans l’histoire et la mythologie que dans la pop culture. Nous avons voulu en savoir plus sur elle, sur sa façon de travailler et sur son parcours. Entretien !

 

Crédits photo Thomas Celaries

1/ Peux tu nous parler un peu de toi, ton parcours et de ce qui t’as poussé à choisir l’art comme carrière ?  

Je ne me suis jamais vraiment régalée à l’école. Aussi je passais mon temps à dessiner et à inventer des histoires avec mes amis plutôt que de prendre mes cours. Alors, en 4ème , je me souviens qu’en cours de Maths, la conseillère d’orientation était venue nous demander ce que l’on voulait faire comme métier. Je me suis alors  dit, qu’est ce que je peux faire 8 h d’affilée sans m’ennuyer ? J’ai alors regardé mon cahier de math dans lequel il n’y avait que des dessins et des BDs de ma confection. Je savais donc déjà ce que je faisais 8h d’affilée sans m’ennuyer. Le choix à donc été vite fait. A partir de ce moment là je me suis donnée tout les moyens possibles pour arriver à vivre un jour de mon travail de dessin.

 

 

2/ Comment te décrirais-tu en tant qu’artiste ? Quelle est ta philosophie sur l’art ?  

Le dessin et les arts en général prennent beaucoup de place dans ma vie, je me sens mal si j’e n’ai pas passé une journée sans créer quelque chose que cela soit mes dessins, ou même dans mes loisirs pour mes scénarios de jeu de rôle et depuis peu ma musique. Ma philosophie sur l’art est que peu importe le medium, une œuvre doit être habitée le plus possible par celui qui la fait pour qu’il puisse transmettre au mieux de sa personne et de son vécu. J’essaye autant que possible de faire cela même si des fois je ne suis pas autant inspirée que je ne le devrait.

 

 

3/ On peut sentir beaucoup d’inspirations variées dans ton travail : la gravure, la mythologie, la fantasy… Peux tu nous en dire plus sur tes influences et tes inspirations ? 

Je suis une geek qui a fait des études axées autour de l’art contemporain et avec toutes les exigences culturelles que cela comporte (connaissance de l’histoire de l’art, de l’actualité, d’un certain type de littérature et de cinema) Ajoutez cela que je traine dans pas mal de milieux alternatifs. Du coup cela donne bouillon de culture très riche ou puiser mes inspirations. Mes rencontres et mes discussions m’inspirent beaucoup aussi. J’ai des connaissances et amis de partout, issus de plein de milieux différents. Il est important pour moi de voir toutes sortes de personnes pour rester ouverte !

 

4/ Comment réfléchis-tu à une nouvelle pièce ? Elles sont si chargées, il se passe tant de choses… Peux-tu nous expliquer le process de réflexion et la manière dont tu pousses le premier coup de crayon ? 

En général l’idée arrive suite à une lecture, un visionnage ou une discussion, elle met quelques mois à sortir le temps qu’elle grandisse dans ma tête, je prends beaucoup de notes et visionne des films et je lis sur le sujet qui m’intéresse et à partir du moment ou j’ai trouvée L IDEE qui va faire que dans le dessin, les autres images vont partir visuellement en en arborescence de cette dernière j’y vais. Je fais peu de croquis, car mes dessins sont très longs à faire, j’écris sur la feuille ce que je veux mettre plutôt que de faire un croquis poussé genre, « chat » la ou il y a un chat. Ensuite j’encre, je dore et je colore. Parfois un assistant vient m’aider pour la dorure.

 

 

5/ Il y a beaucoup de symboles dans tes oeuvres, comment ton expérience personnelle dépeint sur celles-ci ? 

Mes dessins sont truffés d’easter eggs, il y en a pour tous les gouts et toutes les sortes de cultures. Il y en a des très intellectuels, comme des références à l’histoire de l’art conventionnelle et la littérature classique, des issus de la pop culture, et même des très privés ou seuls les gens qui me connaissent peuvent le comprendre. D’ailleurs à ce propos , j’adore cacher des gens que je connais dans mes dessins.

 

6/ Ta technique de travail est incroyable de précision et de patience, nécessitant plusieurs heures bien souvent. Peux tu nous expliquer un peu plus ta manière de travailler, pas à pas ? 

Alors déjà, un gros travail de recherches, que je fait souvent alors que je suis entrain de travailler sur une autre pièce. Pendant que je travaille, je me met des émissions et des documentaires pour me cultiver. Quand j’ai le temps, je lis beaucoup et je vais rencontrer des gens.

 

7/ As-tu fait des rencontres artistiques qui t’ont marqué ? 

J’ai pendant 4 ans travaillé sur l’histoire de nombreux gangs Latino Américains, et grâce à cela j’ai pu rencontrer des personnes issues de ces milieux et cela m’a permis de produire quelques pièces des plus intéressantes de ma carrière. J’ai aussi eu la chance d’être exposée au milieu de certains tableaux de Jérome Bosch, je suis toujours émue de cette rencontre indirecte. Et bien sur, les nombreuses rencontres des personnes gravitant autour du monde de l’Art contemporain et de l’illustration. Il y en a eu des bien et des moins bien mais c’était toujours  très enrichissant.

 

 

8/ Quel est l’artiste ou l’oeuvre qui t’inspire le plus ?  

Sans hésiter : Bosch, Bruegel, Durer. J’aime aussi les enluminures et gravures sur bois toutes déglinguées et bien naives. J’aime aussi énormément les miniatures persanes et les peintures bouddhistes tibétaines et indiennes.

 

9/ Quelle est ton oeuvre favorite dans ton portfolio et pourquoi elle résonne autant en toi  

J’en ai plusieurs ! La première c’est Game of Crowns/Le Roy des Gueux, un travail sur l’histoire du gang latino américain des Latin Kings, car elle à donné naissance à de nombreuses œuvres par la suite sur le monde du banditisme Latino Américain et m’a permis de rencontrer des membres d’asociacion Ñeta, un gang originaire de Porto Rico, j’ai réalisé le tableau Oso Blanco d’après ce qu’ils m’ont raconté sur leur histoire. C’était vraiment passionnant. J’ai également adoré faire mon Jugement Dernier Viennois, qui a été exposé face à celui de Jérome Bosch, c’était éprouvant à faire car très exigeant mais j’ai été bien soutenue par l’organisateur de l’exposition et ma galerie.

10/ Quel est ton rapport à la pop culture, entre hier et aujourd’hui ? 

J’ai baigné depuis toute petite dans un univers geek, j’avais un oncle qui n’est plus la aujourd’hui mais qui était un des premiers « vrais », genre il mastérisait à donjons et dragons dans les années 70, début 80 à mes parents. Il avait aménagé une pièce à coté de son garage qui était remplie du sol au plafond de BD, de magazines PC, d’Ordinateurs et de toutes les dernières consoles. Il m’a ainsi dire refilé le virus du gaming. Rajoutez à cela que je suis de la génération club Dorothée donc j’ai grandi avec les mangas. Mais mon émission préférée c’était l’œil du cyclone (oui j’étais peut être un peu jeune pour regarder ça), une émission complètement barrée d’art et de culture underground sur Canal+ le samedi midi. Ils passaient souvent des courts métrages d’étudiants en école d’animation ou de festivals. Ca m’a donné envie de faire mon métier. Et aujourd’hui je suis toujours là dedans, je lis des bds, je dévore les séries, le cinéma, les conventions, je joue, je suis MJ… cela prend une grande place dans ma vie.

 

 

11/ Peux-tu nous parler de ton dernier projet pour Medium Aevum ? La rencontre qui a donné lieu à ce projet, la manière de travailler ?

Comme je le dis à la question précédente, je suis MJ, et ce depuis 2008 (nous avons même adapté Morrowind sur table avec mon meilleur ami depuis 10 ans). Mais je pratique le jeu de rôle depuis 2003. Les illustrations issus des livres de jeu de rôle m’ont très vite fascinées notamment celles de John Blanche, de Gary Chalk et de Vincent Dutrait. Je voulais vraiment faire ça au moins une fois dans ma vie, pour faire partie d’une culture que j’aimais et être aux côtés de gens que j’admirais durant ma jeunesse. J’ai commencé dans le JDR en 2018 en illustrant pour les Chants de Loss (chez Matagot) et chemin faisant, j’ai continué à envoyer mon book partout et j’ai eu un contact avec Les XII Singes et cela à débouché sur mon écran pour Medium Aevum !

 

 

12/ Peux-tu nous parler du projet Runequest*, ce qu’il représente pour toi ? 

C’est ma plus grosse surprise de l’année ! J’ai démarché des maisons de jeu de rôle par passion du jeu et pour plaisir du dessin (comme je vous le disais, je suis surtout dans l’art contemporain à la base), et en Avril, j’ai eu le plaisir d’être contactée par Jeff Richard, de Chaosium, qui m’a demandé si je voulais travailler sur Runequest. Le challenge était élevé et la licence merveilleuse , j’ai tout de suite dit oui ! Je ne peux pas en dire plus pour le moment, mais cela m’a ouvert plein de portes dans le milieu du jeu.

*Runequest est un jeu de rôle situé dans un univers fantasy, parmi l’un des plus vieux encore joués et publiés avec Donjons et Dragons. Chaosium en est sa maison d’édition historique. 

 

 

13/ A quoi ressemble tes journées typiques au studio ? Est-ce que tu as des habitudes ou des petites manies dont tu ne pourrais pas passer ? 

Une journée typique : je me lève tôt. Je met les informations pendant 1h et je commence mon travail de dessin. En effet j’ai une manie, je chronomètre scrupuleusement mon temps de travail car je m’astreint à un nombre d’heure précis de pratique hebdomadaire de dessin a fournir. Comme je suis très occupée et que j’ai pas trop le temps de regarder des films autrement, je me met une série ou un film pendant, histoire de me cultiver niveau pop culture. Également, dans la journée je mets toujours des émissions, des documentaires, pour apprendre quelque chose. Ensuite le soir, je vais voir des amis, car les discussions et les rencontres m’inspirent beaucoup dans mon travail. Et depuis peu je vais marcher car cela m’aide à réfléchir.

 

14/ Quel sujet tu rêverais de traiter de manière officielle (manga, comics, film etc) 

Au niveau art contemporain, j’aimerai refaire une œuvre-réponse à l’œuvre d’un grand artiste, peu importe l’époque comme j’ai pu le faire en Autriche lors de mon exposition en duo avec Jérome Bosch. Au niveau pop culture, j’adorerai faire de grandes batailles épiques pour Games Workshop et si je pouvais toucher à Warhammer 40k et rencontrer John Blanche ce serait formidable. Sinon j’aimerai faire des pochettes d’albums pour les courants musicaux que j’affectionne et ainsi participer à l’industrie musicale. Et l’un de mes grand fantasmes, participer aux graphismes d’un jeu vidéo.

 

 

15/ Quels sont tes projets en cours… Et les projets futurs ?   

Ce qui se passe en ce moment me touche beaucoup, aussi je suis entrain de réaliser une enluminure géante en rapport avec la pandémie qui représente le combat des patients et des soignants contre le virus fortement influencé par les enluminures de batailles.

Je suis aussi entrain de faire des recherches sur les milieux liés au monde de la hard music en vue de préparer plusieurs enluminures avec pour thèmes les free parties et les soirées en club et aussi un tarot. Cela demande un gros travail de recherches et beaucoup de rencontres. Vous parliez de rencontres artistiques qui m’ont marquées tout a l’heure, j’ai eu des rencontres et des discussions passionnantes avec des DJs et producteurs musique. J’ai aussi une série de dessins ultra violents autour de la nature qui vont arriver avec une certaine dimension écologique. Voilà pour la partie art contemporain de mon travail.

En ce qui concerne le coté geek et pop culture, j’ai un dessin en tête sur l’histoire d’internet et j’aimerai en faire un sur les chats aussi. Et sinon, courant 2021, attendez vous à quelques sorties dans le monde du jeu de rôle avec des images de ma part. Je tiendrais les gens informés sur mes réseaux.

 

 

16/ Peux-tu nous parler de ta relation avec les galeries, de la manière dont tu vends tes oeuvres ? Ce sont toutes des pièces uniques ? As-tu pensé à faire des tirages limités ? Tu fais des commissions ? Bref comment gagnes-tu ta vie avec tes oeuvres ?  

La galerie avec qui je travaille représente et vend mon travail dans leur espace à Madrid mais aussi lors de grandes foires d’art contemporain. La galerie s’occupe du travail de vente, d’encadrement, de transport et de plein d’autres choses afin que je n’ai juste à m’occuper que de mon travail de dessin. On peut me faire des commandes précises, que j’accepte ou pas si le projet m’intéresse ou pas. J’ai déjà fait des gravures dans le passé qui sont imprimées à tirage limité.

Je gagne donc ma vie grâce à mon travail d’artiste dans le secteur de l’art contemporain ou je présente mes propres créations et les univers que j’ai créé et de temps temps, grâce à mes travaux d’illustrations, pour le monde du jeu et de la musique.

 

 

17 / Pour finir, est-ce que tu aurais un conseil a donner pour de jeunes artistes souhaitant suivre ton parcours ?

Arrivez à trouver le juste équilibre entre amusement (l’art doit rester un plaisir) et sévère autocritique. Cultivez vous à fond ! Et pas qu’en ce qui concerne le dessin. Un artiste est avant tout un vécu et une personnalité alors, regardez des séries, lisez de l’histoire, de la science, de la philosophie, les journaux, écoutez de la musique, sortez, rencontrez des gens. Que votre vie soit une boulimie de savoir.

C’est un métier ou il faut aimer travailler et vous allez devoir travailler beaucoup et DUR ! Parfois vous allez même détester votre métier. Il faut vraiment que vous trouviez votre équilibre entre, se cultiver, travailler et se reposer aussi ! Vivez cela comme une vie d’athlète mais dans les arts. A ce propos, pratiquez une activité physique régulière. Il vous faut être en forme pour encaisser les grosses charges de travail.

Courage a vous ! Et ne lâchez rien !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Thomas Olivri

Thomas Olivri est le créateur de Geek-Art.net, le curateur du Geek-Art Store, et auteur de livres sur la pop culture et l'art inspiré par les cultures de l'imaginaire.Thomas Olivri is the funder of Geek-Art.net, curator of the Geek-Art Store, and the author of books dedicated to art and pop culture

Related Posts
Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.