fr en
Interview | La fantastique nature d’Erica Williams

Interview | La fantastique nature d’Erica Williams

Natures et découvertes

Cela fait un bon moment que je suis le travail d’Erica, j’ai même eu la chance de la rencontrer à Austin lors du festival South by South West à Austin, et j’ai pu lui commissioner une sérigraphie pour une exposition consacrée au jeu vidéo Dragon Age Inquisition. Le travail d’Erica tourne autour de la nature, sauvage, enivrante, mystique, fantastique. Où les plus belles fleurs côtoient les plus dangereux prédateurs. Une élégance rare s’exprime dans ses oeuvres, à la fois puissantes et délicates. Entretien. 

1/ Pourrais-tu te présenter rapidement pour nos lecteurs ? 

Slaut tout le monde, je m’appelle Erica ! Je suis une illustratrice freelance et je suis accro au thé. Je suis également connue sous le pseudo HookieDuke, pour mes illustrations autour des mondes de la fantasy, de la flore et de la faune. 

 

2/ Peux-tu nous raconter ton parcours en tant qu’artiste ? 

J’ai étudié au Kansas City Art Institute durant un an, puis j’ai déménagé. J’espérais intégrer le MCAD (Minneapolis College of Art and Design). Malheureusement je n’avais pas les moyens, j’ai donc décidé de travailler en tant que designer pendant quelques années, tout en me lançant, en parallèle, dans l’illustration freelance. Après un moment, j’ai quitté mon job de designer pour devenir illustratrice à temps plein. Depuis, j’ai ouvert ma propre boutique en ligne, j’ai publié beaucoup de mes travaux, et j’ai participé à très nombreuses conventions. 

 3/ A quel moment as-tu décidé (ou su) que tu voulais devenir artiste ? Quel a été le déclic ? 

C’est vraiment à partir du lycée que j’ai réalisé que je voulais être une artiste. J’ai toujours aimé créer des choses de mes mains et faire de la musique, mais quand j’ai pris conscience que je pouvais apprendre à dessiner, et à apprécier cet apprentissage, je n’ai plus lâché mon crayon. C’est un peu le même process qui m’est arrivé quelques années plus tard, quand j’ai réalisé que oui, je voulais et je pouvais devenir illustratrice à plein temps. J’étais tombée amoureuse d’un poster pour un concert du groupe Envy, et je me suis décidée à en faire mon métier. Il s’avère de plus qu’il est assez facile de trouver des jobs pour faire des posters de rock !

4/ A quel moment t’es-tu “spécialisée” dans la nature et les animaux ? Qu’est-ce qui t’inspire dans cet univers, et quel message souhaites-tu faire passer à travers ton art, notamment à travers son côté “macabre” (mais magnifique !) qui est devenu ta marque de fabrique ? 

J’ai eu la chance de grandir dans un environnement baigné d’une nature vraiment magnifique, que je passais le plus clair de mon temps à explorer. Et ma mère et ma grand-mère ont toujours possédé une multitude d’animaux de compagnie. Grandir dans un tel environnement, au coeur des montagnes, qui regorge littéralement de vie sauvage, avoir la nature comme jardin et la forêt comme maison… Ça m’a construit en tant que personne. Nous avions beaucoup d’amour et de respect pour la nature dans ma famille, et pour la magie qui s’en dégageait. Cette magie à la fois naturelle, inhérente à la nature, et celle que nous lui attribuons à travers le folklore m’a toujours fasciné, et fait partie de ma vie. 

Ce côté macabre qu’on peut retrouver dans certains aspects de mon travail vient également de là. D’une manière très basique, le macabre fait partie de la vie, et la mort tient une place prépondérante dans nos vies et nos cultures. Je trouve cet aspect de la vie (car c’en est un) fascinant, et le représenter dans mes dessins est une manière de partager mes émotions, mes sentiments du moment. 

 

5/ Quelles sont tes principales sources d’inspiration artistique, dans ton travail mais aussi dans ta vie de tous les jours  ?

Il y en a tellement… L’Art Nouveau m’a toujours fasciné, mais aussi l’animation, les manga, le cinéma, la musique, la littérature… Et mes chats aussi, haha ! En réalité, il y peu de choses qui ne m’inspirent pas dans mon travail. J’ai toujours admiré CLAMP (ndlr : la fameuse équipe féminine de mangaka), les Studio Ghibli et Miyazaki, mais aussi tout ce qu’on peut trouver dans un museum d’histoire naturelle. Je suis profondément inspiré par le folklore, et l’occulte, des thèmes qui se retrouvent régulièrement dans mon travail. 

 6/ Quel serait l’illustration dont tu es la plus fière, et pourquoi ? 

Je ne sais pas si je pourrais désigner une pièce en particulier… A chaque fois que j’imprime une de mes illustration, j’ai l’impression que c’est celle dont je suis la plus fière… Jusqu’à la suivante !

 7/ Quelle est ta relation avec la pop culture en général, comment es-tu “tombée dedans” ? Quel est ton medium favori pour en profiter ? D’ailleurs, que penses-tu de la pop culture en 2020 ?

Je ne suis pas certaine de pouvoir juger quelle est ma relation exacte avec la pop culture. Ce n’est pas vraiment quelque chose qui a vraiment une part importante dans ma vie. Je passe évidemment beaucoup de temps en ligne, pour gérer mes réseaux sociaux, pour aller voir ce que font les autres artistes, et pour être franche c’est là ma principale source d’information en termes de pop culture ! Soit je trouve quelque chose cool, ou joli, et je me décide de le visionner si c’est un film ou une série, soit on me recommande des choses. Je ne place pas de références pop culture dans mes illustrations, au contraire de beaucoup d’illustrateurs. Du coup ma relation avec elle est plus du registre du plaisir que du professionnel, et c’est comme ça que je l’apprécie, à petites doses. Après, je suis une vraie fan de pop culture, j’adore en consommer, en dessiner, ça m’apporte beaucoup de plaisir et, en 2020, on en a plus que jamais besoin. Après, en ce qui concerne la pop culture 2020, je t’avoue que je n’ai pas pu tout suivre. L’année a été sacrément chargée en peurs politiques et pandémiques, mais je vois bien que les créateurs du monde entier ont réussi à tirer leur épingle du jeu et à sortir des contenus créatifs fantastiques, malgré tout. C’est vraiment impressionnant. 

 8/ Quel sujet rêverais-tu d’illustrer si tu avais la possibilité de travailler sur une licence officielle ? 

J’ai deux réponses à cette question. La première serait : j’ai BEAUCOUP trop de réponses ç donner ! La seconde serait “Au fond de mon coeur je sais que ce serait sur un film de Miyazaki. Cependant il y a vraiment beaucoup de films sur lesquels j’aimerais travailler, la plupart dans le domaine de l’horreur ou de fantastique. Je pense à des films comme Melancholia, Antichrist, Akira, Pride and Prejudice, Blade Runner… Vraiment la liste est longue !

 

9/ Peux-tu nous en dire plus sur ta technique de travail ? 

Je travaille principalement à l’encre, notamment avec des stylos techniques et parfois des plumes de mangaka. En général je colorise à l’ordinateur, mais je peux également utiliser de la gouache traditionnel pour des oeuvres uniques destinées à des galeries. Je commence par un croquis plutôt abstrait sur lequel je passe et je repasse, jusqu’à obtenir des formes et une composition bien définies. Une fois qu’un croquis est terminé et ancré, je le scanne, avant de le nettoyer et de le coloriser sur ordinateur. 

 

10/ Récemment, tu as posté à propose d’un sublime artbook de ton travail. Pourrais-tu nous en dire plus à ce sujet ? 

Le livre s’appelle “Ritual”, c’est une sélection de mes travaux de ces cinq dernières années. J’ai créé un Kickstarter pour le financer cette année après que mes amis m’aient convaincue de me lancer dans ce projet. Et ça a été financé ! En réalité je travaille depuis plusieurs années sur ce livre. J’ai passé énormément de temps dessus, à le planifier, à le peaufiner. Sa conception a vraiment fait partie de ma vie de tous les jours ces dernières années. C’est mon tout premier livre, alors il a une place importante dans mon coeur. A un moment, quand j’ai vu que le Kickstarter n’était pas loin de dépasser le dernier pallier, j’ai littéralement dû m’assoir et reprendre mon souffle. Et j’ai terminé la section biographie du livre dans la foulée, en réalisant petit à petit que mon projet allait devenir une réalité, et dépasser ce que j’avais pensé qu’il serait à la base. 

 11/ Quels sont tes projets futurs ? 

J’ai toujours des commissions et des freelances sur le feu pour des clients. Mais j’ai très envie de me lancer dans un jeu de tarot complet dans les années à venir, un projet qui m’enthousiasme énormément ! 

 12/ Dis nous en plus sur ta boutique en ligne !

Vous pouvez la trouver à cette adresse : https://ericawilliamsillustration.com/. On y trouve beaucoup de prints de mon travail, ainsi que d’autres objets que je produit moi-même. J’ai également un shop Threadless et Inprnt pour les choses que je ne vends pas moi-même comme les t-shirts ! Ma boutique a été fermée durant quelques temps durant mon déménagement mais elle est à nouveau ouverte, n’hésitez pas à la visiter !

 13 / Quel serait ton conseil pour les jeunes artistes qui souhaitent également travailler dans le monde de l’art et de l’illustration ? 

Faites vous confiance, et faites confiance en vos capacités. Faites-vous des tas d’amis. Je connais beaucoup de gens, moi compris, qui ressentent ce fameux syndrome de l’imposteur, ou qui imaginent croire ce qui plaira aux autres. Créez les choses que vous avez envie de voir, les histoires que vous avez envie d’entendre, pas celle que vous pensez que les autres attendent !

Questions rapides !

Ton livre favori ? 

DUR ! Vraiment dur, je lis énormément. Je ne crois pas que je peux en choisir un seul. J’ai 3 éditions de Pride and Prejudice (Orgueil et Préjugés, de Jane Austen), et deux de The Golden Bough (Le Rameau d’Or, de J. G. Frazer, du coup de doit être ces deux là j’imagine !

Ton film favori ?

Encore dur ! Je dirais Le Château Ambulant.

Ton jeu vidéo favori ?

En ce moment : Nier: Automata. Le jeu était dingue, un vrai plaisir à jouer. J’espère avoir plus de temps pour jouer en 2021 !

Ton comics favori ?

Je vais tricher et citer mon manga favori : tous les titres de CLAMP. Je suis une vraie fangirl de leur travail. Je n’ai jamais collectionné les comics, j’ai toujours été plus versée dans les manga !

Merci infiniment Erica, de notre côté on te rassure : le syndrome de l’imposteur ne devrait surtout pas t’inquiéter : on adore ton travail, et on espère le faire découvrir au plus de monde possible grâce à cette interview. A vous qui nous lisez, n’hésitez pas à suivre Erica Williams sur : 

Instagram 

Twitter

Son site

Thomas Olivri

Thomas Olivri est le créateur de Geek-Art.net, le curateur du Geek-Art Store, et auteur de livres sur la pop culture et l'art inspiré par les cultures de l'imaginaire.Thomas Olivri is the funder of Geek-Art.net, curator of the Geek-Art Store, and the author of books dedicated to art and pop culture

Related Posts
Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.