fr en
Syd Mead – Créateur des Mondes du Futur

Syd Mead – Créateur des Mondes du Futur

Le Pape du design Futuriste

par Julien Djoubri

Qu’ont en commun le V’Ger du premier film Star Trek, la ville de Los Angeles dans Blade Runner, la moto illuminée de Tron ou encore le Sulaco, vaisseau de Aliens le retour ? En dehors de péter la classe, toutes ces créations sont le fruit de l’imagination de Syd Mead, l’artiste visionnaire qui va définir le style de nombre d’oeuvres majeures de la Science-Fiction à partir des années 80.

Beaucoup d’entre vous le connaissent donc sans pour autant jamais avoir entendu son nom auparavant. Pourtant, il est difficile de passer à coté de lui désormais dès que l’on parle de design futuriste, d’artiste ou même simplement de visionnaire. Car c’est bien de cela qu’il s’agit ici. Syd Mead créé des concepts qui allaient définir les lignes artistiques de nombreux films et univers de la Science-Fiction. C’est par exemple lui qui a aidé à porter au cinéma le courant du Cyberpunk, alors naissant dans les années 80.

Cet artiste a ainsi été capable de créer des objets et des décors incroyablement crédibles, comme par exemple dans le film Strange Days, ou bien encore dans Mission Impossible 3, tout en mettant au point des structures impossibles. Qui ne s’est jamais émerveillé devant le gigantisme des bâtiments de Los Angeles dans Blade Runner ? Là est toute la force de Syd Mead, réussir à imaginer et visualiser tout type de décors et à les rendre crédible.

Mais son influence va s’étendre bien au delà du cinéma, preuve en est de la grandeur de ce visual futurist unique en son genre.

Des débuts en tant que designer automobile

C’est assez loin du 7e art que Syd Mead va faire ses débuts. Diplomé du Art Center School à Los Angeles, ce jeune artiste va alors rapidement trouver du travail chez Ford Motors à Detroit. Travaillant durant deux ans au département de stylisme, c’est là bas qu’il pourra commencer à faire ses premières marques. Lorsque l’on regarde ses créations de l’époque on peut déjà voir ce qui fera sa marque de fabrique plus tard.

Après cette expérience automobile, Syd Mead va alors se lancer en tant que freelance et aura ainsi l’occasion de travailler sur de nombreux projets variés. Il travaillera notamment avec différent magasines pour en réaliser les couvertures ou d’autres illustrations massives. Ce n’est qu’en 1970 que le designer américain va créer sa propre société : Syd Mead Inc. De nombreuses compagnies vont alors vouloir faire appel à ses services pour s’offrir son style si particulier, déjà si visionnaire. Il comptera parmi ses clients Sony, Bandai, Honda ou encore Dentsu.

 

Son incroyable talent va très rapidement taper dans l’oeil d’Hollywood, et c’est à partir de là que la renommée de Syd Mead va dépasser le monde du design.

La tête dans les étoiles

C’est avec Star Trek que Syd Mead va faire ses premiers pas au cinéma. Il sera en effet responsable de la conception artistique du gigantesque vaisseau V’Ger, pour lequel il réalisera de nombreuses illustrations. Son style commence alors à évoluer, car pour la première fois, on demande de créer des concepts, des bâtiments ou encore des véhicules qui n’existent pas. Cela va être l’occasion pour lui de laisser exprimer tout son talent et de définitivement s’incrire dans le courant du furturisme.

Après cette expérience sur le film Star Trek, Syd Mead s’attele à la création d’un livre qu’il nomera Sentinel. Au travers de toutes les créations que l’on peut y trouver, on distingue des véhicules en tout point extraordinaire, qui n’ont jamais été vu jusqu’alors. Et c’est exactement ce qui va taper dans l’oeil de Ridley Scott pour son prochain long métrage : Blade Runner. Pour adapter le livre culte de Philip K Dick, le cinéaste va faire appel à Syd Mead afin de superviser l’ensemble du design du film.

Le style futuriste de Syd Mead va permettre pour la première fois de visuliser le Cyberpunk sur grand écran. Que ce soit avec les voitures de police cabossées, les rues sombres et crasseuses ou encore cette angoisse provoquée par ces immeubles sans fin, tout dans ce film nous immerge dans cet univers d’anticipation. Son style unique va s’inscrire directement dans le genre de publication que l’on pouvait trouver dans Metal Hurlant. C’est grace à lui que Blade Runner va devenir aussi iconique avec le temps qui passe, cette ambiance opressante que l’on ressent déjà dans ses illustrations retranscrit parfaitement ce monde futuriste.

Il va continuer de travailler dans ce style futuriste pour différent films avec les années. Il va notamment concevoir la célèbre moto illuminée de Tron, avec un style plus épuré que d’habitude. Retrouvant un univers plus proche du sien, il va également mettre au point l’USS Sulaco d’Aliens le Retour, rien que ca. Et son influence va s’ettendre bien au delà des films sur lesquels il travailla. En effet, les design des ATAT dans Star Wars s’inspirent de la série d’illustration US Steel. Et comment ne pas voir la ressemblence entre certains de ses croquis et Wall-E.

 

Le roi du « Baroque Supersonique »

On voit donc qu’à travers toute son oeuvre, Syd Mead a eu un impact immense sur le design, l’illustration et le cinéma. Ayant un style reconnaissable entre tous, qu’il décrit lui-même comme du Baroque Supersonique, cet artiste américain va mettre en image des mondes, des machines et des bâtiments que personne n’avait vu auparavant. Tout au plus, des écrivains les imaginaient dans leurs récits, sans pour autant les illustrer. Encore une fois, c’est bien Syd Mead qui pour la première fois à donner vie au Cyberpunk au cinéma. Lorsque l’on voit l’évolution de ce courant jusqu’à aujourd’hui avec les nombreux trailers pour Cyberpunk 2077, on ne peut que admirer l’héritage qu’a laissé Syd sur l’imaginaire collectif.

Son impact est tel que son travail sur certains films vont bien plus loin que du design. Comment le pas penser au film The Core sur lequel Syd Mead avait remarqué que la foreuse, qui était au centre du film, avait un défaut la rendant inutilisable dans le monde réel. Entendant cela, le réalisateur Peter Hyams a finit par modifier le scénario pour y gréffer les idées du designer américain.

L’un de ses projets qui me passionne le plus est celui où Syd Mead va imaginer plusieurs villes américaine dans le futur. Il le dira lui-même, il ne propose aucune vérité absolue avec ces oeuvres, simplement des possibilités. Et comment ne pas s’ébahir devant la virtuosité de ses créations. Tout cela donne vertige et nous emporte dans des univers futuristes que je reverais de connaitre et de visiter.

Syd Mead est mort à 86 ans l’année dernière, laissant un héritage visuel immense. Il a inspiré plusieurs générations d’artistes, de cinéastes, d’illustrateurs et j’en passe. Son impact est inquantifiable et il ne nous reste plus qu’à admirer et apprendre de ses oeuvres pour imaginer dans quel monde nous nous trouverons peut-être dans quelques temps.

J.D.

Site Web

Julien Djoubri

Julien a été bercé par la Pop-Culture et par l'art dès son enfance. Il adore partager son amour débordant pour tout ce qui touche à l'illustration, aux comics, films et autre étrangetés. Et quand il n'est pas occupé à découvrir de nouveaux univers imaginaires, il essaie de créer les siens en écrivant.

Related Posts
Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.